Covid, censure et chinoiseries

Une exposition sur Notre Dame de Paris doit s’ouvrir à Shanghai le mois prochain. C’est un de mes amis qui l’organise dans des conditions difficiles. À cause du Covid tout d’abord, puisqu’un confinement strict de dix jours dans une chambre d’hôtel est toujours imposé aux voyageurs qui se rendent sur place. A cause de la …

Covid, censure et chinoiseries Lire la suite »

Humour de Thomas More

On attribue à Thomas More (1478-1535) une prière assez originale, dans laquelle il demandait au Seigneur de lui « donner une bonne digestion, mais aussi quelque chose à digérer ». C’est, je trouve, une reformulation plaisante du classique « donnez-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ». Malgré cela, le saint devait cependant craindre de …

Humour de Thomas More Lire la suite »

Lois du chaos

Deux randonneurs avancent sur une crête entre deux à-pics. Ils sont très proches l’un de l’autre, progressent au même rythme. Ils évoluent ensemble et vont continuer ainsi longtemps encore, cela se voit. L’un d’eux soudain pose le pied sur un caillou qui se dérobe, il glisse, il dérape, il tombe, il dévale la pente, une …

Lois du chaos Lire la suite »

Demain, notre Terre. Deuxièmes rencontres Michel Serres à Agen

Samedi prochain, 12 novembre, j’aurai l’honneur et la joie de prêter comme l’an dernier ma voix à Michel Serres, dans le cadre des Rencontres philosophiques organisées par David Djaïz et l’association des amis agenais de Michel Serres, avec le soutien de la ville d’Agen. Le thème de cette seconde édition s’intitule « Demain, notre Terre …

Demain, notre Terre. Deuxièmes rencontres Michel Serres à Agen Lire la suite »

Un œil 

Il y a derrière la maison un grand pré où vivent quelques chevaux. L’un d’eux est albinos. Il se met à galoper chaque soir quand la nuit tombe. De loin, on peut le prendre pour un spectre qui s’agite avec élégance. Une amie photographe qui est venue passer deux jours chez nous s’est approchée de …

Un œil  Lire la suite »

Palombes

Nous avons marché. Nous avons parlé. Nous avons fait silence. C’était l’automne. Nous avons vu des vols de palombes, un arc-en-ciel, des nuages rougis de braise du côté du couchant. Rimbaud parlait de « l’aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes ». Nous, c’étaient des palombes dans l’apaisement laiteux d’un prochain crépuscule.

Hotte 1 Arbon 0

Claudine trouve qu’avec ma tête bandée qui me fait une sorte de bonnet, j’ai des airs d’Argan dans Le Malade imaginaire. Elle n’a pas tort. Mais je ne suis pas déguisé. J’ai perdu un combat contre la hotte de la cuisine. Mon cuir chevelu est moins dur que son coin métallique. Le sang a coulé. …

Hotte 1 Arbon 0 Lire la suite »

Vous

En ce temps-là, les filles des magazines composaient des figures de femmes libres et indomptables, dans un espace trouble, entre le papier glacé et la chair. Elles excitaient un désir d’amour qui n’était ni de l’amour ni véritablement du désir, mais quelque chose de douloureux et d’ambigu qui se renouvelait sans cesse et ne s’assouvissait …

Vous Lire la suite »