des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

La gueule et le ventre ouverts, le ferry attendait que le soleil se lève. Puis il a avalé quelques rares voitures, dont la nôtre, et nous a recrachés de l’autre côté du détroit.

Fin de notre confinement cycladique, dans une petite île à l’ancienne, où on ne se rend encore qu’en bateau. Nous étions venus pour huit jours, nous sommes restés cinq semaines. Imprévu merveilleux.

— Mais qu’avez-vous fait de vos journées ? — Rien. Tout. Marché, nagé, mangé, dormi. Bien vécu. Beauté, luxe, calme, volupté. Saisi tous ces moments. Gouté à fond la parenthèse. Et rendu grâce pour le cadeau.

Une réponse à Imprévu merveilleux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives