« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Je ne l’ai pas encore signalé sur ce blog, mais Claudine et moi sommes confinés en Grèce. Il se trouve que nous étions venus y passer la semaine précédant la Toussaint, et que c’est le moment qu’a choisi M. Macron pour annoncer le nouveau confinement. Que faire ? Rester dans notre petite île des Cyclades ou retourner à Paris nous terrer dans notre appartement ? La question a été vite tranchée.

Quelques jours plus tard la Grèce s’est confinée à son tour, avec couvre-feu. Dans le village non loin duquel nous séjournons, la rue est vide, tout est fermé sauf un magasin d’alimentation et la pharmacie. Le monde est devenu merveilleusement silencieux. Juste le bruit de la mer et du vent. Nous marchons seuls des heures durant dans des collines aux horizons spectaculaires, nous nous baignons dans des criques désertes, nous lisons, nous regardons des films, nous mangeons des salades et du poisson, nous traînons au lit.

Nous extrayons le suc de chaque instant qui nous est donné, et en vérité, il est clair que nous y parvenons assez bien.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Frédéric Pagès

Excellent, Jean Pierre, je pensais justement à vous deux ces jours-ci. Profitez pour nous qui sommes en pénitence (relative) ici à Paris sur Covid. Bises. Frédéric

AGUERRE G.

Cela me rappelle la phrase d’un conteur (j’ai oublié le nom mais pas son enseignement) qui nous disait que les surprises de la vie pouvaient être des carrefours enchantés. Il appelait ça “l’imprévu merveilleux”. Bon séjour et bravo pour votre art de vivre 💖

Prochains spectacles
Archives