des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Elle s’appelait Ultrogotha. Elle était l’épouse de Childéric 1er, fils de Clovis et de Sainte Clotilde, celui qui fit de Paris sa capitale. Elle était donc la reine des Francs, et fut d’une certaine manière la première Parisienne. Elle eut deux filles, prénommées Chrodoberga et Chrodescendis (si l’on en croit des documents tardifs). Ultrogotha et ses filles étaient ainsi les figures régnantes au moment de la naissance de la France. À ce titre, elles incarnent la quintessence originelle des Françaises.

Mais quels prénoms, palsambleu, quels prénoms ! Quels affreux gargouillements gutturaux, quels affronts au bon goût, quelles offenses à l’élégance, et par conséquent quelles insultes à la nation ! Appeler aujourd’hui sa fille Ultrogotha ou Chrodescendis ? Pourquoi pas Ostrogoth ou Cro-Magnon ?

Eric (Childéric ?) Zemmour lui-même pourrait en convenir : même le prénom Hapsatou, qu’il n’aime pas, est moins barbare : plus doux, plus satiné, plus raffiné, plus prononçable. 

(Sur le sujet, on pourra se référer à cet article de France Info et à la chronique de François Morel sur France Inter vendredi. On y retrouve la Marseillaise version Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, et c’est une merveille.)

 

Une réponse à Ultrogotha et Hapsatou

  • Le problème soulevé par E. Zemmour n’est pas seulement celui de prénoms d’origine étrangère mais concerne avant tout le refus d’une part importante de la communauté musulmane de s’intégrer dans la société française et, par voie de conséquence, de reconnaître les lois de la République. L’intelligentsia pro-gressiste au pouvoir dans les médias fait semblant de ne pas le comprendre et parle de racisme ou “d’ostracisation” : il s’agit là d’un contre-sens historique qui coûtera cher à tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives