des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

La santé, dit-on, c’est le silence des organes. Mon corps est silencieux. Il l’a presque toujours été. J’écoute ce silence. J’apprécie ce cadeau qui m’est fait. Voici encore un privilège dont j’ai la fortune de jouir : ce silence, de mes cheveux à mes orteils.

Quand la souffrance viendra, je voudrais avoir la force de ne pas me plaindre, et faire mémoire de la chance que j’aurai eue.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives