des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Maman passe toujours ses journées à lire. Elle oublie chaque phrase à mesure qu’elle avance, mais de temps en temps, buttant sur quelque aspérité dans sa lecture, elle revient en boucle sur un paragraphe.

C’est le cas quand j’arrive chez elle l’autre jour. Elle est plongée dans la biographie de Maupassant. Le jeune Guy a seize ans. Il est en vacances à Etretat où il a fait la connaissance de deux Anglais étranges, le poète Swinburne et un certain Powel, qui l’ont invité dans leur maison. Ils y vivent avec un singe.

En entrant, je lui demande si ça va.
— Oui, à peu près, me dit-elle, mais…
— Mais quoi ?
— Eh bien… Je ne comprends pas ce qui est écrit ici.

Je lis les lignes qu’elle me désigne.

Maupassant, par Henri Troyat © Flammarion

Puis :
— C’est bizarre en effet, lui dis-je. Mais tu n’as qu’à sauter ce passage, tu vas voir, par la suite les choses rentrent dans l’ordre.
— Tu es sûr ?
— Sûr.
— Tout de même, marmonne-t-elle rêveusement, je n’avais jamais pensé qu’on pouvait masturber un singe…

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives