des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Il se donne en ce moment à Paris un spectacle qui « revisite » le baroque musical en piano-voix. Le pianiste y est excellent, mais malgré une critique élogieuse, le reste ne m’a guère enthousiasmé.

Il est vrai que le baroque est par définition imparfait. Un avant-propos que l’on nous fait entendre juste avant le spectacle nous rappelle (et en l’occurrence m’apprend) que le terme, utilisé à l’origine en joaillerie, qualifie les perles dont la rondeur approximative ne permet pas qu’on les vende à la pièce mais au poids, en vrac, en sachets.

L’idée de forme irrégulière irriguerait ainsi inconsciemment l’art baroque, en l’opposant à la pureté classique. Mon dictionnaire en propose d’ailleurs, en architecture, cette étonnante définition : le baroque, y est-il écrit, est « une nuance du bizarre ».

Une « nuance du bizarre » : voilà une expression singulière ! Mon dictionnaire lui-même deviendrait-il baroque ? Plutôt que Littré ou Larousse, on imagine ces mots sous la plume de Michel Audiard ou d’Albert Simonin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives