« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Comme ses mandibules font songer à des bois de cerfs, et qu’il vole, on lui a donné le nom de cerf-volant. Les scientifiques appellent aussi ce coléoptère lucane, mais c’est la même idée : les Lucaniens, peuple du sud de l’Italie antique, ornaient leurs casques de guerriers avec des ramures de cerfs.

Dans le monde des insectes, c’est un géant, en tout cas pour l’Europe. Les plus gros spécimens se trouvent en France dans le sud-ouest. Celui-ci avait entrepris l’ascension d’un mur de la maison. Envisageait-il de s’installer sous notre toit ?

Chez La Fontaine, c’est l’escarbot. A voir sa taille, on comprend qu’il puisse détruire les œufs de l’aigle en les poussant hors de leur nid (cf l’Aigle et l’Escarbot). Dans l’analyse qu’il fait de la fable, Michel Serres* écrit que c’est aussi celui qui « chie dans la robe divine ». Heureusement, chez moi, je n’ai pas trouvé trace de ses déjections.



* La Fontaine, par Michel Serres, p192 Editions Le Pommier

Rappel : ce soir à 16h, colloque La Fontaine par Michel Serres à l’Ecole Normale Supérieure. Inscription ouverte à tous mais obligatoire ici : visioconférence La Fontaine par Michel Serres

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Prochains spectacles
Archives