« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Mon père et mon oncle sont nés à Asnières-sur-Seine (respectivement en 1921 et 1924) dans une maison sise au carrefour de l’avenue d’Argenteuil et de la rue Lehot dont leur grand-mère paternelle était propriétaire. Je sais que je m’y suis rendu une ou deux fois dans mon enfance, lors de visites de mon père à son cousin germain qui vivait là avec sa famille, mais je n’en garde aucun souvenir précis.

Or, dans les années 20 et 30 du siècle dernier, le rez-de-chaussée de cette maison était loué à un bistrot, « Aux vins de Gironde », tenu par la « mère Babin »; de l’autre côté de l’avenue se trouvait un autre café, tenu par un Breton du Finistère; en face, il y avait un restaurant qui semblait assez loin de décrocher une étoile; et à l’angle opposé du carrefour, une pharmacie. De sorte qu’un tel achalandage avait valu à l’endroit le surnom de « carrefour des quatre empoisonneurs ».

Depuis que j’ai appris le détail de ces commerces *, je m’interroge sur les orientations prises plus tard par les deux frères. Se peut-il que cette modeste officine ait joué un rôle quelconque dans le choix de mon père de devenir pharmacien ? Et les vins de Gironde étaient-ils de telles piquettes que mon oncle n’ait jamais bu par la suite que du Bourgogne, pour lequel il se passionna au point de finir par acheter des vignes à Pommard et Puligny-Montrachet ?

 

 * grâce M. Rouault, petit-fils de la mère Babin et généalogiste amateur qui, s’étant mis en quête de retrouver quelqu’un de la famille Arbon, m’a contacté via ce blog, et que je remercie.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Prochains spectacles
Archives