des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Je suis natif de la Balance. Les personnes de mon signe ont, paraît-il, le sens de la justice et de l’équilibre (mais où les astrologues vont-ils chercher tout ça ?)

Je suis né de surcroît au milieu du signe, avec quasiment autant de jours me séparant de la Vierge qu’il y en a qui me séparent du Scorpion, si bien que j’ai mainte fois pensé que cette position médiane me situait, dans la représentation traditionnelle d’une balance, à la pointe de son aiguille, équidistant des deux plateaux, et sensible à la moindre altération de l’égalité des poids qu’ils supportent.

Je note d’ailleurs, incidemment, que dans les premiers temps de l’astrologie, le Zodiaque ne comportait que onze signes. Les pinces du Scorpion s’attaquaient directement aux fesses de la Vierge. Les Anciens mirent fin à cette privauté céleste en interposant entre ces deux constellations une figure nouvelle, le seul objet inanimé de la série, qui mit les arrières de la chaste déesse à distance de l’arachnide et de ses ardeurs.

L’apparition de la Balance au sein du firmament a ainsi constitué, en soi, une manière de combattre le dérèglement du monde.

5 réponses à Eloge de la balance

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives