des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

L’écrivain anglais Samuel Butler avait dit un jour, à propos de son confrère Carlyle et de sa femme, qu’il détestait : « Dieu a été bien bon de permettre que Monsieur Carlyle se marie avec Mme Carlyle : ça n’a fait que deux malheureux au lieu de quatre ».

Quand on a appris, la semaine dernière, que l’homme le plus riche du monde se séparait de son épouse en lui laissant la moitié de sa fortune (estimée tout de même à 140 milliards de dollars), j’ai eu une pensée symétrique : « Dieu est bien bon de permettre que Monsieur et Madame Bezos divorcent : ça pourra faire quatre heureux au lieu de deux ».


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives