des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

On a beaucoup discuté ces derniers jours de la lettre aux Français d’Emmanuel Macron. Avait-elle des précédents ? Oui, ont affirmé de savants journalistes : celle de François Mitterrand et celle de Nicolas Sarkozy. Je ne conserve aucun souvenir de ce qu’elles racontaient l’une et l’autre, mais je suis frappé (sans en être surpris) qu’on ait omis de citer celle qui est en quelque sorte la mère de toutes ces lettres : la « circulaire écriture » que Sa Majesté Lionne adressa jadis à ses sujets, ainsi que le rapporte mon camarade La Fontaine dans sa fable La Cour du Lion.

Sa Majesté Lionne un jour voulut connaître
De quelles nations le Ciel l’avait fait maître.
Il manda donc par députés ses vassaux de toute nature
Envoyant de tous les côtés une circulaire écriture
Avec son sceau. L’écrit portait
Qu’un mois durant le Roi tiendrait
Cour plénière…

En d’autres termes, le Roi, s’étant mis en tête de connaître les sentiments profonds du pays, informe ses sujets, par lettre, qu’il tiendra un mois durant un grand débat national. (Le présent débat est ouvert pour deux mois, mais on ne me chipotera pas là-dessus : c’est la même chose.)

Ce qui est regrettable, c’est qu’on ne sait pas ce qu’il advint de cette « cour plénière ». On sait juste qu’elle débuta dans une odeur nauséabonde (ce qui est hélas toujours le cas quand on remue certaine matière), et qu’elle s’acheva prématurément pour quelques participants trop sincères ou trop zélés. Pour le reste, l’Histoire semble n’en avoir rien retenu.

Cependant, comme on dit, comparaison n’est pas raison, et je m’en voudrais d’afficher un a priori négatif sur la grande consultation qui s’amorce : il n’est pas l’heure encore de « faire le dégoûté ». Formons des vœux pour qu’elle porte quelques fruits.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives