des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Nouvelles chansons

Ecouter-les-chansons.png

Un nouvel onglet vient d’apparaître sur ce site, un onglet magique qui permet d’écouter intégralement et gratuitement les chansons du nouvel album.

On peut aussi les retrouver sous forme de playlist sur le site Soundcloud :

Un immense merci à Scott, à Augustin, à Patrick, Pascal, et Gérard, musiciens et magiciens du son, sans qui ce disque n’existerait pas.

Rappel : toutes ces chansons en live, et d’autres, et des surprises, le mercredi 22 octobre à l’Européen, à Paris. Qu’on se le dise !

Capture-d-ecran-2014-09-10-a-13.12.58.png

Ne dirait-on pas que facebook a tout compris ? A peine ma publication d’Un dernier rock’n roll (sur https://www.facebook.com/lecapetlaboussole.arbon) venait-elle d’être partagée, que sa parenté avec de glorieux aînés était instantanément reconnue. (Tout de même, Arbon et AC/DC, ça en surprendra plus d’un, à commencer par moi).

Voilà néanmoins le travail :


DERNIER ROCK’N ROLL
par arbon

Mon prochain album s’appellera donc le Cap et la Boussole, et il y a plein de plumes dedans. Celles de la chanson du même nom, Plumes, qui appartiennent au canard qui me tient lieu d’autoportrait. Celles de Trucula aussi, dont les « jambes étaient des ailes / aux battements profonds / aux muscles fins et forts ». Celles d’un pinson, tout à la fin.

Il y a la vie passagère, les idées qui vagabondent, cet esprit de légèreté qui m’est si précieux.

Du coup, comme on peut le voir, Kikko, le merveilleux Kikko, et sa femme Muriel, ont eu l’idée de me composer un masque de plumes pour le visuel.

arbon--0309-le-Cap.png

La photo a été prise chez eux. Kikko m’a placé face à son videoprojecteur, projeté sur le visage un éventail de plumes qu’ll avait préparé à cet effet, Muriel tenait le réflecteur. Prise directe. Aucune retouche.

Pour ceux qui veulent avoir plus de détails dès à présent sur l’album, ses chansons, les circonstances de sa naissance et les concerts qui l’accompagnent, il a désormais sa page facebook, à faire connaître, et bien sûr à aimer 🙂

https://www.facebook.com/lecapetlaboussole.arbon

crapaud vert repet

Atelier d’écriture : écrire, chanter… Oser une mélodie, un thème, une histoire. Se lancer. Compter les notes, compter les syllabes. Trouver ce qu’on va mettre en mots. Trouver où tombent les rimes. Combien de vers ? Combien de pieds ? Réguliers ou non ? Voici l’esquisse d’un premier couplet. Imaginer un refrain. Comment poursuit-on ? Et si on écrit cela ici, alors il faut peut-être revenir sur le début… Bien dire les mots sur les notes. Se les mettre en bouche. Non, tel mot coince, il faut le changer. Voilà. On tient la première version de notre chanson.

Arranger. Répéter. Mettre en place l’exécution. Encore quelques petites corrections. Voici la version finale. Une idée de mise en scène ? Oui, Augustin F. se met à faire le crapaud.

Puis, en coulisses, s’échauffer. Assouplissements, respirations, vocalises. Régler les derniers détails, repérer les lieux, les obstacles, où se placer.

Enfin, monter sur scène.

Attention : en raison du risque de pluie, la représentation de La Fontaine / Brassens prévue ce soir au Mans aura lieu dans la Salle des Concerts, 52 rue du Port. Qu’on se le dise !

crazy.png

En vue de la mettre sur mon prochain disque, nous avons enregistré une nouvelle version de Trucula Bonbon, enlevée et dansante. Pourquoi ? Parce que la version d’origine, avec son simple accompagnement au piano, passe très bien sur scène, mais pas sur un disque. Trop maigre. C’est la raison pour laquelle Trucula Bonbon est restée jusqu’ici absente de ma discographie.

J’étais assez content, musicalement, du résultat. Cependant, lorsque je l’ai fait écouter dernièrement à la famille de Claudine (ses soeurs, ses frères, et leurs enfants me font le bonheur de me manifester un soutien sans faille depuis le début), j’ai failli déclencher une émeute. – Non, non, non, tu n’as pas le droit de traiter Trucula comme ça ! On trouvera cette nouvelle version en ligne ici :


TRUCULA BONBON MIX 2706
par arbon

L’une de mes nièces fut particulièrement virulente, et avança une argumentation très précise : « Tout le génie de cette chanson tient à son romantisme sexuel, qui consiste à avoir placé, sans que cela soit choquant, des mots comme foufoune et bander sur des arpèges de piano. Tout tient dans cette opposition qui fonctionne miraculeusement. Trucula, c’est une sensualité tendre, un corps qui palpite à la lueur d’une bougie, l’émotion du désir, un rêve humide. Pas du chachacha. »

J’avoue avoir été secoué par cette tirade. J’ai trouvé qu’elle méritait d’être méditée. Du coup, j’ai besoin d’un temps de réflexion, ainsi que de l’avis de mes amis et lecteurs, à qui je fournis ci-après le lien vers un enregistrement live de la version d’origine, dans l’espoir que leurs avis pourront éclairer ma décision.

Trucula Bonbon aux trois baudets

crazy2.png


TU AS PAS CHANGE MIX 2706
par arbon

La chanson date, je crois, de juin 1980. Je me revois en train de l’écrire dans mon appartement de Vanves, alors que j’y vivais seul (B. puis I. s’y étaient succédées, mais cela n’avait duré que quelques semaines pour chacune), dans un moment d’inspiration comme j’en ai eu rarement, quand tout vient aisément, comme sous la dictée, paroles et musique.

J’étais facilement d’humeur nostalgique à l’époque, j’anticipais le temps qui passe, cela me plongeait dans des plaisirs vaguement sombres, et délicieux. Et j’avais couru justement ce jour-là contre la montre, parce que j’avais rendez-vous dans un restaurant du quartier latin avec trois filles, dont deux me paraissaient fréquentables, mais que je voulais finir la chanson avant d’y partir. J’étais arrivé très en retard. La chanson d’abord.

Tout de suite, dès que je l’eus chantée devant quelques amis, le lendemain ou le surlendemain, elle avait été un succès. Tout de suite elle était devenue la préférée de la bande, et pendant très longtemps elle fut numéro un de notre petit “hit parade”, et c’est la chanson de moi que j’ai sans doute le plus chanté.

embouteillage-woodstock1.jpg

Pourtant, elle n’a figuré jusqu’ici sur aucun de mes disques. J’ai essayé, depuis dix ans, à deux ou trois reprises, de la remettre à mon programme, et de lui trouver un arrangement compatible avec la qualité professionnelle de mes chansons d’aujourd’hui. Mais la vérité est sans doute que je m’en étais lassé. « J’ai pas changé j’ai pas vieilli » disait le refrain. Si.

Et puis un jour, Claudine m’a suggéré une minuscule modification. « Tu as pas changé j’ai pas vieilli ». Effet considérable. La chanson s’éclairait d’un jour nouveau : un homme et une femme se retrouvaient par delà les années, à l’autre bout de la vie. Elle prenait un nouveau sens, et une nouvelle jeunesse. Je pouvais enfin envisager de la graver sur un disque. Scott a tout de suite saisi. Il a opté pour des sonorités années 60 et 70, et un tempo allegretto.

ARBON-CD-TEASER-1.jpg

visuel Kikko

Le Cap et la Boussole (titre de mon 4è album), devrait être bientôt bouclé. Tour d’horizons, au pluriel, pourrait sans doute en être le sous-titre. Car il me semble que j’y procède au tour de mes horizons lointains et intimes, à l’échelle du monde, du pays, d’une ville ou d’un jardin secret. Une rose des vents musicale me tient lieu de boussole : jazz, rock, ballades. Cap sur la vie aux reflets changeants, ses deux ou trois cents saisons, cap sur les nuages, les réseaux, l’autre côté de la rue, le sourire d’un Tartare, la dignité des loups, la porte qui s’ouvrira au retour du désert, les mots d’amour et les chansons.

Ce 4ème album en édition limitée sera disponible le 22 octobre à l’Européen, avant sa sortie officielle en début d’année 2015 (arrangements et réalisation de Scott Bricklin et Augustin Oji Arbon).


Chatte à nougat
par arbon

La chatte à nougat s’est appelée dans un premier temps le matou de Montélimar. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi un titre s’est imposé plutôt que l’autre. Une question d’euphonie sans doute, de double sens, de compacité. Et peut-être l’apparition de “Pussy cat” dans le solo, là où la version initiale répétait “Que je t’aime”.

chatte_en_chaleur.jpg

Pour ce titre, je voulais un son rock un peu gras, comme la moiteur d’un été dans le sud des Etats-Unis. La basse, la batterie, l’orgue s’en sont chargé.

Il faut écouter la guitare électrique de Scott. Il avait déjà réalisé deux ou trois prises, lorsqu’il s’est mis à imaginer une petite chatte miaulant sur les toits. Et voilà comment se font les bons arrangements.

Depuis que j’ai écrit Des mots d’amour et des chansons, je pense que c’est le titre qui convient parfaitement pour clôturer mon prochain disque. Je la veux nue, simplement guitare voix, afin qu’elle contraste avec les chansons de l’album qui l’auront précédée.

Mais dans sa première version, elle était trop longue. Sa durée venait en contredire la légèreté : il fallait la raccourcir. C’est chose faite. La chanson dure désormais 2mn.

troubadours.jpg

Des mots d’amour et des chansons
C’est bien là tout le nécessaire
Tout ce dont nous nous nourrissons
Des mots d’amour et des chansons

Pleins de gaité sans illusion
Nous avons quitté la carrière
Renoncé à toute ambition
Sauf pour l’amour et les chansons

Les années nous les traversons
En solfiant à notre manière
Plaisir d’amour Satisfaction
Alleluia et C’est si bon

Nous entonnons sur tous les tons
Tant des flonflons que des prières
Nos voix font entendre des sons
Inouïs dans notre canton

Solo

A dégoiser façon pinson
A moduler tels des trouvères
Les madrigaux et les blasons
On s’expose au qu’en dira-t-on

Eh bien tant pis ! Nous nous aimons
Nous roucoulons la belle affaire
Jusqu’au bout nous fredonnerons
Des mots d’amour et des chansons

 

(Ci-après, une version de travail, brut d’iPhone…)


Mots d’amour et chansons-290414
par arbon

En 1999, les hasards de la vie ont fait que Michel Béra et moi nous sommes retrouvés un jour dans sa maison des Rivières, sur cette terre merveilleuse où la Touraine devient l’Anjou. L’occasion, l’herbe tendre : l’envie nous prit de faire de la musique. Il avait son piano, moi ma guitare, nous avons commencé à improviser. Puis, sur un thème qu’il venait d’inventer, j’ai pris du papier et un crayon. Bleu était le ciel, verte la pelouse. Je me suis revu allongé dans un pré, en bord de Vienne, tout près de là. Et j’ai commencé à voyager.

France-departements-V.-Lablache.jpg

Une heure après, la chanson était faite. En 2006, j’en ai réalisé un premier enregistrement, avec Scott Bricklin à la guitare et à la basse, Pascal Simoni au piano, et Amaury Blanchard à la batterie. Mais je n’étais pas pleinement satisfait du “mix” de l’époque. Augustin et Scott l’ont retravaillé cette année, j’ai réenregistré la voix en apportant une ou deux modifications au texte. Et voici Entre Chinon et Saumur.


Entre Chinon et Saumur mix040414
par arbon


Archives