« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

© Romain Delalande

Christophe Lavelle est biophysicien et biochimiste. Chercheur au CNRS, il se passionne pour tout de ce qui se passe dans notre assiette, et sait tout de la façon dont celle-ci évolue en fonction des pays et au fil des époques. Nous l’avions invité pour Mets et Mots d’Amou, et mis au défi de nous raconter trente mille ans de gastronomie en trente minutes. Il l’a relevé.

J’en ai retenu qu’il y avait eu deux grandes évolutions dans l’histoire de l’alimentation, et guère plus. La première s’est produite il y a environ dix mille ans, lorsque l’humanité est passée du paléolithique au néolithique, c’est-à-dire du stade de la chasse et de la cueillette à celui de l’agriculture. La seconde date des années cinquante lorsque l’agriculture paysanne s’est mise à céder la place à l’agro-industrie.

Avec cette transformation, un immense progrès a été accompli : sauf situation de guerre ou catastrophe, les famines ont disparu. Mais dans le même mouvement, le rendement énergétique est devenu catastrophique : alors qu’auparavant on consommait une calorie d’énergie pour produire deux calories alimentaires, il en faut aujourd’hui dix fois plus. Le bilan n’est pas brillant : on mange à sa faim mais on détruit l’environnement. Se gaver de CO2 n’est pas une voie d’avenir.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives