Son sommeil

Elle a mis sa tête au creux de mon épaule. Ses cheveux caressent ma joue. Sa respiration rythme la nuit. Elle est parfois parcourue de légers soubresauts. Un rêve passe. Puis son souffle reprend sa cadence.

Tremblement de terre : je change de position. Elle s’ébroue, murmure, se blottit à nouveau. Ma bouche se colle à la sienne. Nous restons comme ça. Nous resterons comme ça. Toujours.

Je ne veux pas m’endormir. Je fais corps avec elle. Je me nourris de son sommeil. Je gonfle ma poitrine quand elle inspire, la vide quand elle expire. Le monde fait de même. Ainsi bat l’ample et intime mesure du temps.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires