L’homme à tête de mâche

La situation inverse de celle que j’ai décrite hier arrive aussi : elle veille sur moi pendant que je dors.

L’autre matin, au réveil, elle disait m’avoir longuement écouté dormir, et qu’à un moment, elle avait effleuré de sa main les maigres cheveux qui s’accrochent au sommet de mon crâne.

Voyez de quelles transpositions curieuses l’esprit est capable : je crois bien avoir rêvé, à ce moment-là, qu’un sachet de salade se renversait sur ma tête, et que j’entrais dans un salon coiffé d’une perruque en feuilles de mâche.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires