« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Mon dernier article, j’ai eu bien du mal à l’écrire. La faute à mon iPhone et à son application Notes, une fois de plus. A la place de Schubert et Brahms, j’ai eu droit à Schubert et brahmanes. Le regard du chef est devenu le regard du chat. Quant à la chair nue aux lignes fermes et délicates, elle ne dépassait pas du bustier mais du budget.

Il faut rester très concentré avec un outil pareil. Ça rappelle un peu l’école primaire, du temps qu’on écrivait encore à l’encre et à la plume, et qu’un voisin turbulent assis à vos côtés vous filait des coups de coude pour vous faire faire des pâtés.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Langlois

Bah! La chair nue sort souvent du budget, non?

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives