des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ce sont de grands classiques, mais on ne s’en lasse pas : la première assemblée débat, nous dit-on, de l’opportunité de faire évoluer les droits des femmes ; l’autre, tout de noir vêtue, réfléchit sur la famille. Dans l’un et l’autre cas, très peu de pantalons, mais de jolies coiffes tirant délicatement sur le rose.

Pourtant, de femmes, point. Je laisse à mon camarade Montaigne, qui n’avait pas vu ces images, mais leurs jumelles, il y a cinq cents ans, le soin du commentaire : « les femmes n’ont pas tout-à-fait tort quand elles refusent les règles de vie qui sont en usage dans le monde parce que ce sont les hommes qui les ont faites sans elles » (Essais, livre III, chap 5)

2 réponses à Sans elles

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives