des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Il y a des phrases qui constituent des résumés parfaits. Pour Madame Bovary, voyez Flaubert lui-même : « Elle se repentait comme d’un crime de sa vertu passée ». Impossible de mieux synthétiser les états d’âme adultérins de son héroïne.

Pour l’Iliade, tiré d’un film (j’ai oublié lequel), ce raccourci spectaculaire sur la splendeur d’Hélène et les origines de la guerre de Troie : « Pour la beauté de ce visage, mille navires furent jetés à la mer ». Ce n’est pas de Homère, mais ça aurait pu.

 

 

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives