des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

​M. Macron a provoqué il y a peu une controverse en déclarant que dans une gare on croisait « des gens qui ont réussi et d’autres qui ne sont rien ». Venant d’un adepte du « en même temps », j’en ai été surpris. On peut être les deux. On peut se sentir connu et reconnu un jour, et anonyme les jours suivants.

Tenez, les gens du spectacle. Au regard du droit social français, ce sont des intermittents. On les nomme ainsi précisément parce qu’ils travaillent par courtes périodes et non pas en continu. Ils entrent dans la lumière et repartent dans l’ombre. Ils apparaissent et disparaissent.

J’ai relevé quelques années de ce statut. J’avais une visibilité professionnelle partielle et temporaire. Du coup je m’imaginais volontiers moi-même comme un personnage clignotant. De temps en temps j’étais quelqu’un, le plus souvent je n’étais personne. Ce vacillement existentiel (présent / absent, transparent / opaque) a toujours été pour moi une source de délicieuses et instructives sensations.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives