des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Enfants,
nous doutions parfois du vent
jamais de nos ailes.
(Anne Brunterc’h)

Ma conscience… ces battements d’ailes affolés contre la vitre du monde…
(Marie-Lise Mullen)

Deux citations relevées dans le métro l’été dernier.

Je veux saluer ici la persévérante délicatesse dont fait preuve la RATP en mettant la poésie à l’honneur dans ses voitures et ses stations. Dans le noir bruyant des tunnels, ces brèves lectures apaisent, questionnent, enrichissent. Elles sont des trouées vers le ciel, des bouffées d’air du large.

Elles vous aspirent vers des nuages hauts de silence.

© ambre / Verfblog

Une réponse à Les ailes du métro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives