des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ayant parlé hier de fainéants, j’en profite pour dire aujourd’hui un mot sur ces rois du même nom : ceux qui, jadis, passaient leur temps à sillonner nonchalamment le pays allongés dans un char tiré par des bœufs. Ces indolents souverains n’étaient pas fainéants par nature, mais plutôt par fonction. Un chroniqueur de l’époque, nommé Erchambert, écrit en effet : « Selon qu’il avait été établi, on leur donnait une abondante nourriture et on exerçait sur eux une perpétuelle surveillance, de peur qu’il ne fissent quelque acte de pouvoir ».

Car sous les Mérovingiens, de Thierry III à Childéric III (soit de 673 à 751), ce sont les maires du Palais qui tiennent les rênes du royaume. Un autre chroniqueur, Sigebert de Gembloux, précise : « ces rois ne régnaient que de nom ; c’était leur usage de remplir le rang que leur donnait leur naissance, mais de ne rien faire ou résoudre, sinon de manger et de boire déraisonnablement, de demeurer en leur maison, de présider aux assemblées des calendes de mai, en face de toute la nation, de saluer et d’être salué, de recevoir et de rendre des présents ».

Sauf pour ce qui est de manger et de boire déraisonnablement, c’est grosso modo la description de fonction de la reine d’Angleterre.

saluer et être saluée…

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives