des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

C’est un homme de quatre-vingt-huit ans. Autrefois on aurait dit : un vieillard, mais ce n’est plus aujourd’hui une façon correcte de parler.

On lui a trouvé un cancer. Il n’en a pas été surpris. Son médecin lui a dit : « Vous avez un choix à faire. Soit je vous aide à conserver une vie confortable, soit nous nous battons pour la durée. » Il a pris la première option.

« Qu’une alternative pareille un de ces quatre jours m’échouât », comme dit Brassens, j’aimerais faire le même choix que lui. Vient un moment où il faut être prêt au départ. Quatre-vingt-huit ans me semble un âge raisonnable. Hélas, quand j’y arriverai (si j’y arrive), j’ai largement le temps d’avoir changé d’avis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives