des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Le berger et le roi est une fable méconnue, mais fort joliment troussée, et composant une belle réflexion sur l’ambition, ses charmes, ses dangers. Elle présente la particularité de contenir elle-même une autre fable, laquelle complète les leçons de la première en soulignant l’aveuglement dans lequel on se trouve lorsqu’on a envie de croire à quelque chose et qu’on prend ses désirs pour des réalités.

La Fontaine y dit une fois encore sa méfiance à l’égard du pouvoir. A le fréquenter de trop près, avertit-il, « mille dégoûts viendront ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives