« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Nous avions sorti un tapis pour le nettoyer. Les couleuvres aimant à se prélasser au soleil, celle-ci a dû juger que la laine tissée était plus confortable que l’herbe ou la pierre sèche : elle s’est installée dessus.

Elle se préparait sans doute à y passer un moment agréable, mais les chiens s’en sont mêlés. Aboiements nourris et déplacements en cercle autour du reptile, qui se défend, détend sa tête et tente de les mordre. Puis approche plus prudente : les voici méfiants, mais toujours curieux. La couleuvre se love sur elle-même. Elle fait la morte. Au bout de dix minutes, l’un des chiens la renifle, et teste son décès du bout du museau. Elle est figée, ne bouge plus.

Je mets fin à cette péripétie en attrapant (avec des pincettes) la couleuvre qui soudain ressuscite, pour la déposer à quelques mètres de là dans l’herbe haute, de l’autre côté de la haie.

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Henri

Bonne initiative, car c’est apparemment une espèce protégée (peut-être pas des chiens ? ).

Sérignat

Excellente initiative que de la libérer mais elle a eu de la chance car nos teckels l’auraient certainement déchiquetée (c’est tout un exercice que de les empêcher de tuer chats et autres hérissons s’aventurant dans le jardin). L’histoire finit donc bien.

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives