des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

renseignement-us

Mon ami John Whitbeck, dont je suis de loin, mais avec admiration, le quotidien combat pour plus de justice dans le monde (en particulier au Moyen-Orient), s’interroge sur l’entretien du mal et de la violence par les outils mis en place pour les combattre. Il y a des décennies qu’il pose un regard très critique sur les pratiques de son pays de naissance, les Etats-Unis d’Amérique ; mais aujourd’hui que ce pays est devenu à ses yeux (je le cite) « le plus grand asile de fous à ciel ouvert du monde* », il laisse parfois libre cours, dans les papiers politiques et de droit international qu’il fait circuler, à une interrogation rêveuse et désabusée.

Témoin ces quelques lignes, reçues en début de semaine :

Est-ce que l’Amérique — et le monde — se porteraient moins bien si les 17 agences de renseignement US étaient supprimées et qu’on recyclait les centaines de milliers de barbouzes, de grandes oreilles, de fomenteurs de coups d’état, de tortionnaires et d’assassins qu’elles appointent pour les affecter à de grands travaux d’intérêt national ou à d’autres formes d’emploi, plus utiles et plus inoffensives ?

Tout employé, quel que soit son travail, doit faire quelque chose — et être vu en train de faire quelque chose — pour justifier son emploi. Aucun n’ose passer ostensiblement ses journées à faire des parties de solitaire sur son ordinateur. Mais quand les barbouzes, les grandes oreilles, les fomenteurs de coups d’état, les tortionnaires et autres assassins, ont l’idée de “quelque chose” pour justifier leur job — ou, pire encore, pour se faire remarquer dans l’espoir d’une promotion —, il s’agit selon toute vraisemblance de choses qu’il vaudrait mieux ne pas faire.

C’est Noël, faisons un rêve, posons les armes, abandonnons les coups tordus : formons le voeu que la vision pacifique de John se réalise, et à tout le moins que la force lui soit donnée de continuer longtemps son combat, méthodique et patient, aussi désespéré soit-il.

* http://www.counterpunch.org/2016/12/19/on-russias-stealing-the-white-house/

QUERY: Would America – and the world – really be worse off if all the 17 U.S. “intelligence” agencies were shut down and their hundreds of thousands of spooks, eavesdroppers, regime-changers, torturers and assassins were retrained and reassigned to construction work on the nation’s infrastructure or other more useful and benign forms of employment ?
All employees, in all lines of work, must do something – and be seen to be doing something – to justify their continuing employment. They cannot be seen to spend all their days playing computer solitaire. The “somethings” that professional spooks, eavesdroppers, regime-changers, torturers and assassins come up with to justify their employment – or, worse, to be noticed in the hope of advancement – are highly likely to be things that should not be done. (John V. Whitbeck, 20 décembre 2016)

 

Une réponse à John’s query

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives