« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

la digue pluie

Retour au New Morning. Une interférence entre la sono et un téléphone portable que personne ne parvenait à identifier était en train de faire monter le stress, à la régie comme sur scène, quand je me suis lancé dans Il pleut au paradis. Par la faveur de quelque providence, le bruit s’est interrompu pour la durée de la chanson.

Parmi toutes les chansons que j’ai écrites, si je devais en garder une, ce serait celle-ci.

 

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Éric Padieu

Cette chanson est, presque dix ans après, toujours un mystère pour moi. Elle est dans mon top3, elle me suit dans la compilation que je me suis gravée pour les déplacements, et j’ai encore des frissons à l’évocation de l’interprétation à l’Européen où les membres du quartette apparaissaient dans la fumée artificielle au fur et à mesure des couplets.
Elle s’adresse à mes sens, en snobant mon intellect (ce qui est énervant pour lui). Un jour, je te demanderai la clé qui me manque.

Prochains spectacles
Archives