« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

La vie, me disais-je ce matin, est comme une étendue de sable. On y court en pensant que partout le sable est ferme, mais souvent il est mou, voire mouvant. On s’enfonce, on s’essouffle, on piétine. Et on repart.

maree basse contrejour

© Reynald Guyon http://www.rg-photos.com/

Quand on a bien avancé, en regardant autour de soi, on voit que la compagnie se clairsème. Tel qui courait à vos côtés est tombé soudain et a disparu. Vous êtes sur une plage immense, à marée basse. Vous avez couru sur l’estran en vous éloignant du bord. Au loin la mort monte, et s’apprête à effacer tout ça.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Céphéides

Je vois un peu la même chose que toi. J’ajoute seulement qu’on finit par s’y retrouver tout seul, sur cette plage à marée basse qui remonte, et qu’aucun sauveur ne viendra nous aider.

Claudine Plas-Arbon

Laisser quelque chose de plus “grand” que soi, qui nous contente et nous dépasse à la fois. C’est le rêve des artistes, des créateurs … c’est le rêve des parents. Donner sans retour, juste par amour, par passion et pour la beauté du geste – c’est peut-être cela la grandeur de l’homme. Ces traces là ne sont pas des pas dans le sable, elles sont plutôt comparables au vol des oiseaux dans le ciel .

Prochains spectacles
Archives