des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

L’ami Stéphane Hirschi a publié hier sur Facebook un long texte à propos de Chutes, le dernier livre de son vieux camarade Yves Charnet.

De cet éloge critique, brillant et inspiré, j’ai retenu cette réflexion pénétrante sur l’écriture et la vie, que je cite à peu près mot pour mot ci-après, et dans laquelle bien des écrivains pourront se retrouver : « Notre vie décousue. Ou ses reflets. Qu’elle nous glisse entre les doigts, comme du sable, ou qu’une invisible vitre nous préserve d’y entrer. Or on fait les vitres avec du sable. Écrire, ce sera vitrifier le foutoir. Rendre la vie pas sable. Faire de nos défaillances des faïences. Peindre la vie en beau ! »

Faire œuvre d’écriture : peindre la vie, vitrifier le foutoir. Figer les reflets des jours. Construire avec les mots un abri impossible contre la douleur de la chute, la labilité des êtres, et l’écoulement du sablier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives