des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ciel changeant. Danse du gris avec le bleu. A la nuit tombée, danse du gris avec le noir. Soudain, une averse : musique, millions de percussions sur le toit, piano puis forte puis decrescendo. Une gouttière chante. Un volet bat. Oratorio d’un quart d’heure.

Puis, balai de jazzman sur une caisse claire, la pluie s’efface, délicate, élégante.

Dernier danseur : un filet d’eau sur du silence.

2 réponses à Averse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives