des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

En 1993, alors qu’il répétait avec Jacques Villeret « le dîner de cons » au théâtre des Variétés, Claude Brasseur se retrouva un midi dans un restaurant où François Mitterrand était attablé avec deux journalistes. Le président, qui semblait s’ennuyer ferme, l’aperçoit, lui fait signe, et Brasseur s’avance pour le saluer. — Alors monsieur Brasseur, que faites-vous ces temps-ci ? — Je répète une nouvelle pièce, monsieur le Président. — Ah, oui, un certain « dîner » m’a-t-on dit… — C’est cela. — Eh bien voyez-vous, moi, c’est un déjeuner.

Je tiens cette histoire de mon ami Jacques Langlois, qui l’avait entendue de la bouche même de Claude Brasseur, et je souhaite à tous, déjeuner ou dîner, de joyeux repas de Noël.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives