« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Je n’ai pas plus accès au monde des philosophes que je n’ai accès à celui des mathématiciens. Je vois d’ailleurs beaucoup de similitudes entre les deux. On y pose des concepts, on les empile, on les assemble, on en déduit d’autres, et à la fin il faut une intelligence bien plus pénétrante que la mienne pour apercevoir la beauté de la construction.

Voyez cette phrase de Sartre : « dans le dévoilement réflexif, il y a position d’un être qui était déjà dévoilement dans son être » (L’être et le néant). Elle n’emploie aucun mot de jargon, et pourtant elle m’est totalement obscure. Dévoiler, je croyais que c’était lever le voile, faire apparaître ce qui était caché, mais les dévoilements ici mentionnés, exception faite de leur opacité, que me révèlent-ils ? Rien du tout.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pierre-Paul FOURCADE

Sur la photo, c’est le fils Enthoven, je suppose ?

Prochains spectacles
Archives