des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Philip K. Dick disait que « la réalité, c’est ce qui, quand on cesse d’y croire, refuse de disparaître ».

Moi c’est curieux : j’ai beau ne plus croire en mes rêves, ils persistent, ils restent là.


Une réponse à Ce qui refuse de disparaître

  • Bonsoir Jean-Pierre; merci pour ton beau soleil couchant si poétique! J’en ai également des beaux à Toulouse, où je ne me lasse pas de vivre… Gros bisous à toi et à Augustin, dont je n’ai pas les coordonnées. Claire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives