des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai passé un cap, ces derniers mois. J’entre doucement dans la vieillesse. Je le sens, physiquement, et même, je crois que ça se voit.

Quand je dis que j’ai passé un cap, c’est bien comme ça que je me le représente. Le parcours d’une vie est comme celui d’un tour du monde à la voile. On naît en Europe, on part vers le sud, l’enfance et la jeunesse descendent l’Atlantique. Bonne espérance. Puis c’est l’âge adulte, la longue et haute mer, l’Indien, le Pacifique, trentièmes, quarantièmes, cinquantièmes déferlant. Et puis, quelque part autour de la soixantaine, on approche du Horn, et un jour on s’aperçoit qu’on l’a passé, qu’on fait route vers le Nord, qu’on retourne vers les eaux de l’enfance, l’Europe « aux anciens parapets », et que, si on les atteint, il y fera froid.

2 réponses à Cap Horn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives