« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

J’avoue que je connaissais mal le répertoire d’Anne Sylvestre, jusqu’à ce que je fasse sa connaissance lors de la fête à Boris il y a deux ans. Depuis, je suis allé la voir en concert, et je l’ai écoutée.

Et voilà que cette semaine, le festival du Quesnoy en chanteurs lui « a fait sa fête », et que Claudine et moi y sommes allés. C’était avant-hier, le 19 mars : c’était donc mettre, comme l’a joliment dit Bernard Joyet, « la saint Sylvestre la veille du printemps ». 

fete-a-anne-sylvestre-le-quesnoy-19032013.jpg

La soirée fut particulièrement plaisante et réussie. Les chansons d’Anne, passées par le prisme d’une douzaine d’interprètes formidables, prenaient mille nuances, tout en finesse, subtilité, et souvent drôlerie. Elle-même en a chanté quelques unes, dont, dans une émotion que ne restitue pas tout-à-fait l’enregistrement ci-dessous, cet étincelant lac Saint Sébastien, dont les sages paroles m’avaient jusque là échappé : 

C’est une très bonne idée, pour une fois, de faire la fête à un vivant. 

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Prochains spectacles
Archives