« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »
Qu’est-ce qu’une chanson?
Le Robert nous dit qu’il s’agit d’un “texte mis en musique, généralement divisé en couplets et refrain et destiné à être chanté”.
C’est la définition académique, à laquelle techniquement il n’y a rien à redire, sauf qu’elle ne s’accorde pas vraiment à la façon dont la chanson est reçue par la plupart des gens.
Mon père m’a toujours dit: une chanson, c’est d’abord un air. Il rejoignait ainsi Trénet, l’âme des poètes, et ses chansons qui courent dans les rues:

La foule les chante un peu distraite,
En ignorant le nom de l’auteur
(…)
Parfois on change un mot, une phrase,
Et quand on est à court d’idées
On fait la la la la la lai
la la la la la lai…

La vérité d’une chanson, c’est cela avant tout. Aussi je crois que la plus juste, la plus simple et la plus jolie définition qu’on en ait donné, on la doit à Stéphane Hirschi: “un air fixé par des paroles”.
Je l’ai entendue de sa bouche cette semaine, car Stéphane Hirschi, amoureux de la chanson française et l’un de ses plus grands connaisseurs, est le créateur et le programmateur du festival Le Quesnoy enChanteurs, auquel il vient de me faire le grand plaisir de m’inviter. (Professeur à l’université de Valenciennes, il a publié plusieurs ouvrages, notamment sur Aragon et Brel, et dirige aux Belles Lettres la collection Cantologie.)
Je m’en vais répéter sa formule à mon vieux père, je suis sûr qu’il va me dire: “c’est exactement ça”.

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marie fpe

En Polynésie, avant le “contact”, certains chants appris et transmis à une élite étaient de véritables cartes marines, descriptions de trajets de mer, pour aller d’une île à une autre. D’autres chants, encore à une époque très récente, (comme à Ile de Pâques, dans les années 1950) étaient inventés tous les jours, pour rendre compte de la politique de l’occupant chilien, sorte de gazettes chantées, car les “indigènes” n’avaient le droit d’utiliser leur langue en public seulement pour les chants “folkloriques”. Le folklore prit alors un un tour étrangement insurrectionnel.
Ca peut être grave de chanter.

arbon

Merci de ce commentaire élogieux, Pierrot!
Merci aussi pour ma p’tite chanson. (C’est drôle: c’est sans doute la première chanson que j’ai connue par coeur, Ma P’tite Chanson… Mais c’était y’a quelques années / le temps a passé / et l’eau
court sous les ponts…)
A bientôt

Pierrot

Je suis carrément intimidé de poster ce commentaire. Je visite les blogs qui traitent de la chanson française. Là, je suis impressionné par l’intelligence et la sensibilité des articles. Je vais tout lire de A à ….

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives