des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai participé la semaine dernière à une table ronde sur “la crise de la médiation à l’heure d’Internet” qui était sensée avoir un rapport avec la situation de l’édition contemporaine. Je ne sais comment l’organisateur s’y était pris, mais j’étais entouré de trois doctes universitaires spécialistes de l’histoire du livre. Avec le modérateur, nous étions donc cinq derrière la table des conférenciers, face à… huit personnes dans la salle.

Les trois érudits se connaissaient. Ils avaient chacun préparé un exposé savant, l’un sur la création de l’imprimerie, l’autre sur les conséquences de cette invention au XVIè siècle. (C’était intéressant, mais disons-le largement hors sujet). Le troisième avait fait l’effort d’aller voir sur Internet comment s’organisaient des communautés de partage d’information et de connaissances, comme Wikipedia ou certains forums de discussion, mais s’en est tenu à une typologie vague, et peu éclairante.

Avant de prendre la parole, l’un d’entre eux, qui enseigne à l’Université de Louvain, s’est penché vers le modérateur.

-Pourriez-vous, je vous prie, me présenter en disant que je suis membre de l’Académie Royale de Belgique?

Ainsi fut fait. Je suppose qu’avec ce titre, il invoquait implicitement un argument d’autorité susceptible de masquer son absence de compétence sur le sujet à traiter. Eh bien, c’est le contraire qui s’est produit.

diafoirus.jpg

6 réponses à Diafoirus pas mort

  • Merci d’avoir relevé la faute.

    Pour le reste, vaste débat…

  • Non, ce n’est pas un problème de lourdeur.
    C’est “qui était censée” avoir”, pas “sensée”.
    D’ailleurs si les éditeurs actuels étaient sensés, ils se syndiqueraient et cloueraient sur la porte de leurs entrepôts les distributeurs et éviteraient devoir leurs œuvres diffusées sur le
    Web.
    Quand les distributeurs ont fini d’assurer leur trésorerie avec les libraires et de payer les éditeurs à perte de vue et que les diffuseurs du Web ont pris 30% de marge en ne faisant que du
    transfert de fichiers, la plupart des acteurs du livre ont des fins de mois de trois semaines…

  • Euh, non… Un peu lourde peut-être ? Signé: l’éditeur (NB : je n’édite plus rien depuis longtemps, mais je n’ai pas encore changé de sexe.)

  • J’ai participé la semaine dernière à une table ronde sur “la crise de la médiation à l’heure d’Internet” qui était sensée avoir un rapport avec la situation de l’édition contemporaine.

    Rien ne te choque, toi, l’éditrice, dans cette phrase ?

  • Merci beaucoup Muriel ! Curieux que tu places ce commentaire sous “diafoirus…” C’est ton anniv, le 12 mai?

     

  • Heureux anniversaire à votre amour, qui en vous habitant, donne un éclat particulier à votre aura à l’un et à l’autre.
    (Et puis à titre personnel, je trouve que le 12 mai est une très belle date !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives