des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Je me souviens d’une longue interview de Claude Lévi-Strauss, passée à la télé il y a une quinzaine d’années. Il parlait de la connaissance, de ce qui se passait lorsqu’on s’applique à savoir. Il parlait de ce que c’était que “comprendre”. Et il avait dit cette phrase merveilleuse: “Comprendre quelque chose, c’est dans le même temps apercevoir deux ou trois autres choses que l’on ne comprend pas”.

C’est un subtil éclairage apporté au “Ce que je sais, c’est que je ne sais rien”, de Socrate. En réalité, plus on sait, plus on sait qu’on sait peu. L’humilité des vrais grands esprits réside dans cette conscience intime de l’infinité de leur ignorance, ou plus exactement de l’infimité de leur savoir. Ce n’est pas une posture, une clause de style, une coquetterie: c’est une évidence, dont certains d’entre eux parviennent à faire une élégance, qui leur donne cette démarche noble et juste dans leur traversée de la vie.

3 réponses à Comprendre, d’après Lévi-Strauss

Répondre à arbon Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives