des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
Je ne suis pas le seul à associer 68 à des toilettes dans un état discutable. Cette année-là, les Rolling Stones sortent Beggars Banquet, qui s’ouvre par l’extraordinaire « Sympathy for the devil ». Vous souvenez-vous du visuel ?

Défécation, défonce. Ecoutez les paroles :
« And I lay traps for troubadours who get killed before they reach Bombay »

Les chiottes, c’est sans doute l’un des pièges dans lequel le diable cherche à faire tomber les troubadours.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives