des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

costa-concordia.jpg
En voyant ces derniers temps les images navrantes du Costa Concordia, ce paquebot qui vient de faire naufrage sur les côtes italiennes, je repensais au dernier couplet d’Avant de traverser les nuages :

Enfin dernier point : le navire coule

Le commandant ment quand il dit que non

Nous filons vingt nœuds à travers la houle

Tout ça pour finir gisant par le fond

Officiellement tout va bien à bord

Et le port est proche. Quel port, à propos ?

Chacun sait que tout le monde l’ignore

Et en attendant, que de vent, que d’eau !

Cet énorme bateau de croisières, triste métaphore de la société occidentale, a fait irruption dans la réalité. Mieux que je ne l’avais imaginé, d’ailleurs : il n’a pas sombré corps et biens, il s’est couché sur le flanc, comme un gros animal mort. Pour l’essentiel, il transportait des couples de retraités. Et son commandant, loin d’être le dernier à quitter le navire, a abandonné son bord en laissant les passagers et l’équipage se démerder ; de toute façon, a-t-on appris, « il ne savait pas quoi faire ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives