« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Nous sommes dans le train. Selon les consignes, en ces temps de Covid, tous les voyageurs sont masqués, à l’exception de deux jeunes enfants.

L’un d’eux, un petit garçon d’un an environ, est sur les genoux de son père sur le siège devant moi. Je vois régulièrement ses deux petites mains s’agripper sur le haut du dossier et sa tête apparaître. — Coucou ! fait-il en me regardant avec sa tétine dans la bouche. — Coucou, lui réponds-je, puis il se cache, avant de reprendre le manège quelques instants plus tard.

La petite fille, qui doit avoir trois ans, court dans le couloir de la voiture, d’un bout à l’autre. De temps en temps elle s’arrête devant quelqu’un, essayant d’attirer son regard. — Qui t’es, toi ?

Visages, masques : « vous les voulez traiter d’un semblable langage et rendre même honneur au masque qu’au visage ». Mais comment ? Quand ils provoquent l’échange, ces enfants ne rencontrent que des yeux qui plissent sans qu’on sache vraiment s’il s’agit d’un sourire. Que leur en restera-t-il plus tard ?

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bertrand de Foucauld

😪

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives