des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

On est dimanche, c’est déjà le troisième jour passé sous le patronage de Sainte Thérèse, la messe vient d’être dite par un évêque émérite, il a été une nouvelle fois question des intercessions quasi miraculeuses de la sainte, on a chanté des prières et allumé des cierges, la ferveur des pèlerins est chauffée au rouge.

Au pied des marches de la basilique, une personne lourdement handicapée, dont je viens d’aider à descendre le fauteuil et qui n’a pas dit un mot depuis le début du séjour, demande à me parler. Comme elle articule péniblement et que sa voix est très faible, je me penche vers elle. Elle me prend les mains. Je reste ainsi quelques secondes, mon oreille collée à sa bouche.

Quand je me redresse, une dizaine de personnes du groupe nous regardent. Aucune n’a entendu. Chacune est intriguée. Tous les regards sont brillants. Ils m’interrogent. Une dame, dont le visage affiche une expression de curiosité béate plus marquée encore que les autres, n’y tient plus. Elle s’avance vers moi à pas feutrés. — Que vous a-t-elle dit, Jean-Pierre, s’il vous plaît, que vous a-t-elle dit ? Je sens que la réalité va la décevoir. — Eh bien, elle a dit qu’elle aimerait qu’on l’accompagne aux toilettes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives