des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Les murs se dressent, les frontières se ferment. Derrière des portes closes nous nous sentons mieux à l’abri. Pourtant, d’un côté de la barrière comme de l’autre, la crainte et la maladie rôdent ; les décès s’accumulent. On en tient aujourd’hui quotidiennement le compte. De mémoire de vivant, jamais nous n’avions été collectivement aussi attentifs à l’état de notre santé.

Jamais nous n’avions été autant barricadés. Et pourtant jamais n’avait été aussi vrai ce constat d’Epicure : « A cause de la mort, nous, les hommes, habitons tous une cité sans murailles ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives