des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

​Épuisée d’avoir affronté boa et silures, la bonne grosse dame* s’assied lourdement sur son siège. — Moi, c’est mon mari qui m’a tout bouffé, dit-elle d’un ton plus bas. Tout. L’appartement, le magasin, la jolie maison à la montagne, le compte en banque… Je suis SDF. J’ai commencé à quatorze ans, et je vais devoir travailler jusqu’à la fin de mes jours. Tout bouffé, le con…. Mais je m’en fous.

Son regard se perd dans le vague derrière ses lunettes. Puis elle se reprend et sort un livre de son sac. Quand sort la recluse. Le best-seller de l’été, une histoire d’araignées tueuses. Je ne peux pas m’empêcher de lui faire la remarque : — Dites donc, les bêtes hostiles autour de vous, mari compris, vous n’en avez pas assez ?

*voir les deux articles précédents Boa et Teckel et silure

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives