des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

oiseau persanRumi (1207-1273) était un grand mystique et poète soufi, dont j’ai déjà évoqué l’admirable figure.

On raconte qu’il avait coutume de sortir de sa ville accompagné de ses disciples, et de dispenser son enseignement au cours de ces promenades. Un jour, il s’assit sous un arbre et ses amis prirent place autour de lui. À l’ombre, dans une légère brise, ils attendaient qu’il prît la parole. Sur une branche au-dessus d’eux un oiseau chantait. Rumi l’écoutait en souriant.

Quand l’oiseau se tut, Rumi garda un moment le silence. Puis il se leva, et s’engagea sur le chemin du retour. Un disciple s’inquiéta : — Mais, maître, tu ne nous dis rien aujourd’hui ? Et Rumi, montrant le feuillage : — L’oiseau a chanté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives