des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

​Nous avons un ami à qui il arrive de solliciter notre avis par courriel : il expose son point et conclut invariablement son message par : « Quand pensez-vous ? »

C’est une bonne question. La première fois, plutôt que d’y voir un dérapage orthographique, j’y ai décelé une forme de reproche. « Est-ce qu’il vous arrive de faire fonctionner votre petite tête ? » c’est ainsi que je traduisais.

Et puis, la chose s’étant répétée, j’ai abandonné cette interprétation paradoxale, et j’en suis venu à considérer son interrogation comme une sorte d’apostrophe philosophique, une exhortation de principe à évaluer la place que nous laissons à la réflexion dans nos vies. Peut-être nous dit-il, à la manière du memento mori des anciens : souviens-toi que tu dois penser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives