des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

​À voir la carte de la cafétéria de l’école des Ponts, il est clair que l’endroit est l’un de ceux où l’on aime les comptes précis. L’arrondi y est banni, le centime triomphe, la virgule règne. Pas d’approximation. C’est ainsi que se transmet le refus des à-peu-près qui fait l’honneur et le devoir de l’ingénieur français.


Il y a en effet une indéniable vertu pédagogique à proposer tous les jours aux élèves, pendant leur formation, des expressos à 0,53€ ou mieux encore des pommes à 1,01€ pièce. C’est un moyen de garantir que les chaussées qu’ils construiront plus tard tiendront (si j’ose dire) la route, et que s’il faut mesurer 1,01 unités de béton ou de quoi que ce soit pour que l’ouvrage ne soit ni trop fragile ni trop lourd, ils ne se laisseront pas tenter par le chiffre par défaut : elles y seront exactement.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives