des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

La chose se passe dans un ralenti extrême, à Amou, depuis vingt ou trente ans : un platane, à côté duquel avait été coulé un poteau de béton, est en train de l’engloutir. Son tronc s’est transformé en un alien ligneux, semblable à une lave visqueuse, dure et froide, et devient peu à peu une sorte de pachyderme végétal, constricteur, avec quelque chose de fluide dans sa forme, dégoulinant tel une gelée immobile sur le poteau inerte, et l’avalant avec une patience inexorable.

Le temps probablement nous dévore tous ainsi. Pour moi est revenu celui de prendre mon rythme d’été : rendez-vous sur ce blog un jour sur deux.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives