des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Pour disputer l’extraordinaire partie de pétanque que j’ai rapportée hier il y avait une femme et cinq hommes.

La proportion de femmes se réduit encore dans la photo ci-dessous, prise dans les années 1970 à en juger par la longueur de la robe et les pattes d’eph des pantalons : une pour onze (spectateurs compris).

© Hans Silvester

Les hommes, parmi lesquels ne figurent ni Heidegger ni Henri Salvador, se montrent extrêmement attentifs au lancer de boule de la joueuse, qui n’a pas l’air d’une débutante. Je devine que certains d’entre eux n’envisageraient pas comme un drame de devoir embrasser Fanny.

Une réponse à Pétanque, suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives