« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Elle est loin désormais, en exil, dans un pays obscur, nocturne, une forêt qui craque, où il n’y a personne, mais peuplée d’ombres, de brouillards, de hululements. Je m’assieds à côté d’elle, lui confie ma main, elle la prend, la caresse, la retourne, la serre, l’interroge. Elle tourne doucement la tête, me regarde, et m’interroge encore du regard. Il y a tellement d’amour et de détresse dans ses yeux.

Dimanche, elle ne disait plus que trois phrases : je ne comprends pas, aide-moi, je vais mourir.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gaillard

C ‘est étrange quand les enfants partent : la mère dans son impuissance laisse son enfant partir avec la sensation que la liberté de la jeunesse prend tout cet amour. A l’aube de la vie d’une mère, c’est son enfant qui est là plus présent que jamais et vient dire dans le silence de l’amour : je ne t’ai jamais quitté et ne te quitterai jamais.

Brian Archer Thompson

Bon courage! Vous avez l’un et l’autre de la chance de partager ces moments de fin de vie, aussi durs soient-ils par moment

Prochains spectacles
Archives